Facebook
Twitter
Mobile
RSS
RSS
RSS
Les Gets Invitation VIP

   
 
NL
Partners

Condroz 2018

Vous êtes un riverain, vous avez subi des dégradations ?
info@condrozrally.be
Tel 085 25 26 06
Fax 085 25 26 02

12 Novembre 2011  -  Rallye du Condroz
Apres 6 speciales
Casier en tete mais Neuville le garde sous pression
Parti le couteau entre les dents, Bernd Casier signe le premier scratch dans Nandrin-Engis. L’homme est visiblement bien réveillé et il repousse la Peugeot 207 S2000 de Neuville à 7’’.

Le pilote de 32 ans confirme dans la spéciale suivante et se construit un avantage d’une dizaine de secondes avant de partir en tête-à-queue dans Ben-Ahin. L’alerte est sérieuse puisqu’il perd une vingtaine de secondes en calant deux fois au redémarrage. Mais le pilote de la Focus WRC08 ne se laisse pas décontenancer et dans les trois dernières spéciales de cette deuxième boucle, il reprend son bien et se construit à nouveau une avance de 14’’6 sur Thierry Neuville.

Le jeune pilote de St Vith a le sourire en rentrant à Huy à l’issue de ces six chronos parce qu’il est conscient qu’il signe un véritable exploit en plaçant sa Peugeot 207 S2000 entre les WRC de Casier et Snijers au prix d’une attaque digne des plus grands. Un mauvais choix de pneus l’aurait pénalisé lors des trois dernières ES.
 

Troisième du classement provisoire, Patrick Snijers ne se cherche pas d’excuses, reconnaissant la meilleure pointe de vitesse de ses jeunes adversaires. Mais au vu de ses chronos dans la seconde demi-boucle, gageons que le grand Limbourgeois va exercer une pression de plus en plus intense sur Neuville.

 

Quatrième, Freddy Loix souffre avec une voiture moins performante que celle de Neuville. Dans les spéciales moins techniques de Nandrin-Engis et Goesnes, il a lâché des poignées de secondes en ligne droite. Et puis son numéro un le handicape puisqu’il lui est arrivé, à plusieurs reprises, de lever le pied pour des spectateurs mal placés.

 

Cinquième, David Bonjean est à sa place à bord de sa Peugeot 307 WRC. Il devance un Stéphane Lhonnay (Mitsubishi Lancer EvoX) particulièrement bien éveillé depuis le matin. Comme il nous l’avait confié avant le départ, le Hutois possède tout les atouts en main pour s’imposer en Gr.N même si Jonas Langenakens, champion de Belgique de la spécialité, ne va pas lui mener la vie facile. Pointé à 18 secondes de Lhonnay, le protégé de Guy Colsoul devance le Hollandais Van den Heuvel engagé en R4.

 

Notons encore la belle 9e place de Jean-Pierre Van de Wauwer (Skoda Octavia WRC) devant le troisième en Gr.N, Dominique Jullien (Mitsubishi Lancer EvoX).

 

En GT, c’est Chris Van Woensel (Nissan 370Z), joli onzième du général, qui mène le classement loin devant la Porsche 996 GT3 de Francis Lejeune.

 

Pour terminer, comment ne pas souligner la superbe lutte en Gr.N deux roues motrices où Bruno Thiry (Citroën DS3) devance Cédric Cherain (Renault Mégane RS), Raphael Auquier (DS3) et Xavier Baugnet (DS3). Ces quatre hommes se tiennent en huit secondes après 64 kilomètres chronométrés. Jolie bataille!

 

Ils ont dit:

Thierry Neuville: «Je suis presqu’à la limite parce qu’il y a trop de lignes droites et que je dois compenser ma moindre vitesse de pointe. J’essaye aussi de rattraper le temps perdu dans les virages mais la bataille avec Snijers est belle. Je ne vais pas me laisser manger tout cru! Je cherche un peu les bons réglages. Et je suis parti en pneus tendres dans les trois dernières ce qui n’était pas le meilleur choix.»

 

Snijers: «Je n’ai pas fait un bon choix de pneus dans les trois premières mais cela ne suffit pas à expliquer l’écart qu’a creusé Casier. Sa voiture est plus performante que la mienne et le petit gars qui est juste devant à quelques épreuves dans les jantes cette saison.»

 

Van de Wauwer: «J’ai juste pu rouler au shakedown et du coup, j’ai eu des soucis de frein dans la première ES. Par la suite j’ai encore crevé et j’ai calé. Maintenant, ça va. J’ai trouvé mes marques et je peux vous dire que cela défile. J’ai regardé une fois le tachymètre et je me suis dit que ce n’était pas une bonne idée…»

 

Lhonnay: «J’avais annoncé avant l’épreuve que j’avais l’arme idéale pour la Belgique. J’aligne la Mitsubishi Lancer EvoX que Romain conduisait l’an passé et du coup, j’ai la meilleure voiture du Gr.N. Donc je suis là où l’on m’attend, en tête de la classe

 

Cherain: «Je n’étais pas trop bien en réglages en début d’épreuve. On a durcit la suspension et on a abaissé la caisse. L’asphalte est très glissant et ce matin, dans Marchin, je conduisais une propulsion! Mais l’avantage de la Mégane, c’est que si elle ne sait pas suivre les 4x4 Gr.N, je peux me rabattre sur les tractions et là, la bagarre est somptueuse.»

 

Auquier: «J’ai ouvert le train arrière en chauffant les pneus ce matin. J’ai fait un tête-à-queue sur le routier. Ce ne fut pas évident dans les trois premières spéciales. Il a fallu compenser. Après, les choses ont été nettement mieux même si j’ai encore calé dans l’ES4 sans trop de conséquences au niveau du chrono puisque j’étais devant en R3.»

 

Thiry: «J’avais une petite appréhension avec mon nouveau copilote mais il ne m’a pas fallu une spéciale pour être en confiance. Suite à notre séance d’essai de lundi, l’auto était trop souple mais maintenant, je retrouve mes marques et l’auto me convient. Je crois que je mène la troupe des petites tractions, c’est sympa, non?» 

 
 
Previous
Rallye du Condroz   11 Novembre 2011
Interview
Loix : «Un mini championnat IRC»
Rallye du Condroz   12 Novembre 2011
Rallye du Condroz
Casier sort pour le compte dans Nandrin-Engis
Lire la suite